Le syndrome du colon irritable

Envoyer Imprimer PDF

 

 

 

Le syndrome du colon irritable (SCI) est un trouble fréquent de l,intestin causant des douleurs abdominales, accompagnées de constipation, diarrhée ou une alternance des deux.

On a eu recours par le passé à plusieurs termes pour décrire le SCI : côlon irrtitable, colite chronique, colopathie fonctionnelle chronique, colite spasmodique ou trouble fonctionnel de l’intestin.  On le confond parfois avec la colite, une affection beaucoup plus sérieuse qui cause des lésions au côlon.  Le SCI n’endommage pas l’intestin, et il n’y a ni infection, ni autre cause de maladie.  Le SCI touche environ 20% de la population.  Les symptômes du côlon irritable peuvent dispraître pendant quelques temps pour réapparaître plus tard.

Contrairement à la colite ulcéreuse ou à la maladie de Crohn, le SCI ne comporte aucun risque supplémentaire de cancer du côlon.  Toutefois, si les symptômes du SCI se présentent apr`s l’âge de 50 ans, il vaut mieux procéder à un examen médical de la partie inférieure de l’intestin pour s’assurer qu’il ne s’agit ni de polypes ni d’aun cancer du côlon.

 

Parmi les symptômes du SCI, on retrouve :

  • Des douleurs et crampes abdominales qui peuvent être intermittantes  ou prendre la forme d’une douleur sourde continue;
  • une constipation ou de la diarrhée, ou une alternance des deux;
  • le besoin urgent d’aller à la selle;
  • des flatulences (excès de gaz);
  • un ballonement andominal, des changements dans les habitudes intestinales;
  • présence de mucus dans les selles.

La présence du sang dans les selles n’est jamais un symptôme SCI.  Les personnes qui ont du sang dans les selles, des douleurs constantes ou de la fièvre doivent voir un médecin.

Les personnes atteintes du SCI sont habituellement capables de gérer leurs symptômes en effectuant des ajustements à leur mode de vie.

Un régime alimentaire sain peut atténuer les symptômes.  Suivez le régime recommandé par le GUIDE ALIMENTAIRE CANADIEN. La consommation de fibres alimentaires, que l’on trouve dans les pains et les céréales de grains entiers, les fèves, les fruits et les légumes, empêchent les selles de trop se dessécher et favorisent un transit régulier dans le côlon.

Au début, l’adoption d’un régime à haute teneur en fibres peut causer des ballonements et des gaz, mais cela disparaît au bout de quelques semaines.  Il est également possible d’atténuer ces malaises en changeant graduellement la quantité de fibres dans le régime alimentaire.  Il faut également boire beaucoup, en particulier de l’eau, pour prévenir ou réduire la constipation.  Pour diminuer les crampes et la diarrhée, il est recommandé d’opter pour de petits repas plus fréquents.

Comme le stress peut provoquer l’apparition des symptômes du SCI, il est important de savoir le gérer au mieux.  On recommande souvent de pratiquer des exercices physiques en même temps que des exercices de relaxation (la méditation par exemple).  Votre médecin pourrait aussi vous suggérer de parler avec un conseiller pour apprendre à mieux composer avec le SCI.  Si l’anxiété exacerbe vos symptômes, demandez à votre médecin comment mieux faire face à votre affection.

Le traitement médicamenteux du SCI ne vise que les symptômes.  Des médicaments sont disponibles pour ralentir le transit des aliments dans le tube digestif, et pour contrôler la diarrhée.

Le pinavérium est l’un des médicaments qui détendent le muscle intestinal afin de le rendre moins susceptible de répondre aux déclencheurs que sont la nourriture et le stress.   La trimébutine joue le rôle de tranquilisant des intestins.  Les laxatifs sont parfois utiles dans les cas de constipation tenace, mais il est préférable de ne pas s’en rendre dépendant pour obtenir des selles régulières. Les médicaments antidiarhhéiques (ex : le lopramide) peuvent aider les personnes dont l’un des principaux symptômes est la diarrhée.

Un antibiotique a pour la première fois traité efficacement et durablement le syndrome de l’intestin irritable (SII).  Cet antibiotique, le Xifaxan, du laboratoire américain Salix Pharmaceutical, est déjà autorisé par l’Agence américaine de réglementation des médicaments et des produits alimentaires (FDA)  contre la diarrhée du voyageur et l’encéphalopathie hépatique.  Les résultats de eux essaies cliniques de l’étude, confirment aussi le rôle clé joué dans ce syndrome par des bactéries de la flore intestinale, une hypothèse controversée avancée il y a plusieurs années, indiquent les auteurs de la recherche parue dans le New England Journal of Médecine.   (source : Journal de Montréal et Canoë santé)

 

Quelques conseils pertinents :

  • Optez pour une diète contenant 50% d’aliments crus (légumes, fruits, grains entiers, noix non grillées et de jus de fruit frais);
  • Limiter la consommation de poivrons, aubergines, dérivés de blé qui ont tendance à irriter le côlon;
  • Boire beaucoup de liquide entre les repas.

 

Équipe AFMCQ